Plus de pancartes : le gilet porte, plus que les revendications, les raisons de la colère. Photo Jeanne Menjoulet via Flickr (le 15 décembre à Paris).

Quelqu’un a-t-il eu la présence d’esprit de demander à Jürgen Habermas ce qu’il pense des Gilets jaunes1 ? Parce qu’on a un sérieux problème d’espace public. La grande illusion se lézarde sous nos yeux.

Dans la réception commune du concept habermassien d’espace public, les médias, alimentés en idées fraîches par les habituels sachant-penser, sont censés se faire le miroir du débat sur les questions d’intérêt général. Grâce à la magie de l’échange rationnel d’arguments, émerge une opinion publique qui trouve un débouché politique dans la démocratie représentative — les élus gouvernant en fonction de ce que « le peuple » pense, tout le monde devrait donc être content. Bien sûr, ça ne marche jamais comme ça, et j’ai assez écrit que ce qui me paraît le plus intéressant dans le travail d’Habermas sur l’espace public, c’est le début de son livre, quand il analyse l’espace public bourgeois du 18e siècle en tant que construction historique ayant permis à une classe sociale de faire passer son intérêt particulier pour l’intérêt général. Mais Habermas lui-même abandonne vite cette idée d’un espace public comme lieu de confrontation pour ériger un modèle de processus à atteindre pour mériter l’appellation de démocratie.

Tant que la population est sur une pente plutôt ascendante et peut encore prendre l’ascenseur l’escalier (de service) social, l’illusion de l’espace public consensuel peut fonctionner. À condition d’être entretenue régulièrement par des concessions et quelques augmentations du niveau de vie ou du confort perçu. Ce qui explose aujourd’hui avec les Gilets jaunes, c’est la prise de conscience massive de l’abandon de l’intérêt général pour des intérêts particuliers. Si la personne d’Emmanuel Macron fédère autant contre elle, c’est que le président n’est pas une origine, mais un aboutissement : il est à la fois le continuateur de longues années de creusement des inégalités, à quoi il ajoute l’expression répétée d’un mépris de classe. C’est là que ça coince. Dur. Les Gilets jaunes en ont fait le constat : leur détresse n’est pas relayée, leurs demandes n’ont aucune chance d’être entendues par les moyens traditionnels de la lutte politique (syndicats, partis, élus locaux et parlementaires). C’est donc ailleurs que cela va se passer.

La politique des ronds-points

Chaque mouvement social utilisant les ressources qui sont à sa disposition, c’est d’abord sur les réseaux socionumériques que les Gilets jaunes s’organisent, se parlent, débattent. C’est de la politique, ainsi que l’ont montré, ici et , les collègues du Lerass, à Toulouse, qui ont analysé leurs échanges en ligne. Alors que les médias n’ont, dans un premier temps, vu qu’une révolte (réactionnaire) contre une taxe (écologique), que de nombreux observateurs ont eu beau jeu de dénoncer des revendications disparates et désordonnées tandis que des politiques recouraient au reproche récurrent du recours à la violence, qui serait presque cocasse si la seule réponse d’État à la rue n’était la répression policière et ses dégâts humains, les Gilets jaunes, pendant ce temps-là, faisaient de la politique. Dans leur coin. Sans chef — et sans chercher à s’en donner. Sans numéro de téléphone, sans conférence de presse, sans représentant. De la politique, mais pas comme il faut.

À Bavilliers (Territoire-de-Belfort), le 15 décembre. Photo Thomas Bresson via Flickr.

Ou bien de la politique autrement ? La citoyenneté a de multiples définitions. Il en est deux qui me paraissent intéressantes à confronter en ce cas, et qui renvoient au concept d’espace public. Pour Habermas, la citoyenneté est affaire de normes et de procédures. Il existe des cadres, propres à chaque période historique, dans lesquels le citoyen doit s’inscrire comme on s’inscrit sur les listes électorales. On reçoit l’information, on délègue sa puissance d’agir par le vote, puis on se tait jusqu’à la prochaine élection. Et si d’aventure on n’était pas content, les corps intermédiaires sont là pour faire tampon : associations, partis, syndicats, élus locaux encadrent les mobilisations, transmettent les revendications qui peuvent aussi s’exprimer dans la rue si le parcours de la manif est déclaré en préfecture, mais il est désormais bien connu que ce n’est pas la rue qui gouverne.

Il y a une autre manière de concevoir le citoyen, avec Hannah Arendt (dans Condition de l’homme moderne). Est citoyen celle ou celui qui se lève pour prendre la parole, et qui se faisant prend le risque de s’exposer. C’est la prise de parole qui fait le citoyen. C’est le fait de se lever qui crée un espace public. Sans qu’il soit besoin de respecter une quelconque règle préécrite qui voudrait que l’on ne puisse parler que de ceci et de cette manière-là. C’est bien ce que font les Gilets jaunes depuis un mois et demi, sur les ronds-points et dans les groupes Facebook. Ce n’est peut-être pas parfait, ce n’est peut-être pas exprimé dans le plus châtié des vocabulaires ni introduit dans les bons canaux médiatiques. À vrai dire, une des caractéristiques originales des Gilets jaunes est, au moins au départ, de ne pas avoir recherché d’exposition médiatique. Mais c’est tout aussi légitime qu’un charivari parlementaire, un conseil des ministres ou un débat télévisé.

Le problème étant qu’il faille accepter cette légitimité. Le mouvement des Gilets jaunes va peut-être s’essouffler — il y avait moins de manifestants à Paris le 16 décembre pour l’« Acte V », et les expulsions de ronds-points occupés ont commencé. Cependant, une chose est certaine : les annonces faites par Emmanuel Macron lors de son « adresse à la Nation », dont rien que l’intitulé marque l’inadéquation de la position surplombante, ne changeront rien au profond sentiment d’injustice fiscale qui a servi de déclencheur à cette révolte. Pas plus qu’elles ne recréeront une confiance perdue envers le système politique et les médias, tous deux symboles d’une société qui fonctionnerait sans se soucier du sort ni de la voix de tant de ceux qui travaillent et n’en reçoivent ni revenu décent, ni reconnaissance sociale.

Lectures

Ce billet, trop superficiel à bien des points de vue, avait au départ vocation à archiver quelques références glanées au fil de ces semaines, avant que je me rende compte en allant donner mon humble avis à la télé que l’espace public pouvait être une clé de lecture. Parmi d’autres : il faut essayer d’éviter de plaquer ses obsessions sur tout ce qui bouge… Les voici, par ordre chronologique et sans recherche d’exhaustivité : des chercheurs, des journalistes, et des journalistes qui interrogent des chercheurs.


  1. Majuscules ou guillemets ? J’aime la prudente précision du Monde, qui met des guillemets à « gilets jaunes », mais je choisis la majuscule initiale parce qu’elle nomme un moment singulier, et qu’elle est également marque de respect, dont les porteurs dudit gilet fluo disent tant manquer. []

L’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) vient de mettre en ligne l’enregistrement du séminaire commun avec l’Université Galatasaray, auquel j’ai apporté ma contribution le 26 avril dernier. J’en profite donc pour partager ici les diapos de ma présentation.

Merci à Benoît et toute l’équipe pour l’accueil, et aux participants pour leurs questions.

Et pour écouter l’enregistrement directement ici :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Où (en) est la critique en communication ?Dans une semaine, je serai à Montréal pour participer au colloque international « Où (en) est la critique en communication ? », dont j’avais diffusé l’appel à communications ici, qui est organisé par le Gricis et se déroule dans le cadre du 80e congrès de l’Association francophone pour le savoir.

Le menu est aussi alléchant que riche : il n’y a que deux jours, et souvent trois ateliers en parallèle… les choix vont être difficiles… Tous les détails sur le programme en PDF ou sur le site du colloque, d’où sont accessibles les résumés de toutes les communications. J’interviendrai pour ma part lundi 7 mai en début d’après-midi, dans l’atelier C consacré à « La communication entre espace public et idéologie ». Voici le résumé de ma communication :

Lire la suite de