Je participe aujourd’hui à la journée d’études Échanges et confrontations entre sciences de l’information et de la communication et sciences du langage, à Metz. J’y parle d’espace public, d’Habermas et de la manière dont « son » concept a été approprié en France et dans les pays anglo-saxons.

Il s’agit d’une « journée délocalisée » de l’Association des sciences du langage. Elle est organisée par mes collègues Angeliki Monnier et Guy Achard-Bayle, son programme est ici.

Ci-dessous les slides, et ici pour les avoir en plein écran (déplacement avec les flèches, d’abord vers le bas tant qu’on peut, puis vers la droite).

Ce vendredi 24, je suis à la pre-conference ICA Riding or Lashing the Waves: Regulating Media for Diversity in a Time of Uncertainty, pour présenter le travail réalisé avec Emmanuel Marty et Nikos Smyrnaios sur le recours au financement participatif dans les médias français.

La journée est une coorganisation franco-étatsunienne. De ce côté de l’Atlantique, Sorin Adam Matei (College of Liberal Arts, Purdue University, Chicago). Du nôtre, Franck Rebillard, Francois Moreau et Fabrice Rochelandet, du Labex ICCA (Universités Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Paris 13). Elle se déroule à Washington, dans l’impressionnant bâtiment du National Press Club.

Ci-dessous les slides, et ici pour les avoir en plein écran.

The slides are below, and here in full screen.

Très heureux d’intervenir ce matin au Regroupement annuel des professeur·e·s documentalistes de l’académie de Reims, à l’invitation de Valérie Scholtès (merci !). Voici ma présentation, à retrouver également ici pour le plein écran

On navigue avec les flèches en bas à droite (ou avec le clavier), d’abord de haut en bas puis de gauche à droite. Vue d’ensemble avec O, retour avec Échapp.

Les chemins de la pointe de Pen-Hir, sur la presqu'île de Crozon, le 28 août 2014

Les chemins de la pointe de Pen-Hir, sur la presqu’île de Crozon, le 28 août 2014

Je reviens de quelques jours passés à Camaret-sur-Mer, où je participais au programme intensif Erasmus Production de l’information et pratiques journalistiques en Europe (site officiel, travaux des étudiant-e-s). J’y étais invité par son directeur Jacques Guyot, qui fut aussi mon directeur de thèse, et dont l’accueil chaleureux est à recommander. Pour ce qui est du travail, j’ai animé deux séminaires dont voici les diapos (en anglais).

Le premier était consacré aux médias en Turquie, d’un point de vue historique, économique et juridique. Il ne s’agit pas de recherches personnelles, mais du résultat de lectures et de rencontres entamées lors de mon séjour à Istanbul en 2012-2013, et mises à jour pour l’occasion — la composition des groupes médiatiques bouge beaucoup en Turquie, et ce n’est pas toujours évident de suivre. Ce qui change moins, c’est le mauvais sort fait aux journalistes et à la liberté de la presse… Merci notamment à Ceren Sözeri pour m’avoir initié à ces questions complexes.

Le second séminaire était en revanche tiré de mes recherches sur l’espace public et les médias locaux. Il s’agit essentiellement d’un résumé en anglais d’une partie de ma thèse reprise dans mon article « Presse locale : un média de diversion » paru dans Réseaux. Pour les lecteurs francophones, le seul avantage des diapos sur l’article est que les graphiques y sont lisibles et en couleurs.

L’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) vient de mettre en ligne l’enregistrement du séminaire commun avec l’Université Galatasaray, auquel j’ai apporté ma contribution le 26 avril dernier. J’en profite donc pour partager ici les diapos de ma présentation.

Merci à Benoît et toute l’équipe pour l’accueil, et aux participants pour leurs questions.

Et pour écouter l’enregistrement directement ici :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.