Mobilité et proximité au service de l’information de demain

Obsweb - EWJ2016Ça ne pouvait pas mieux tomber : lundi 22 février, Médiamétrie publiait L’Année internet 2015, son bilan annuel dans lequel il apparaissait que l’année écoulée était celle du basculement. Pour la première fois en France, le nombre de connexions à internet depuis les mobiles (tablettes et smartphones) a dépassé en 2015 celui des connexions depuis les ordinateurs. Or, quatre jours plus tard, Obsweb, l’Observatoire du webjournalisme rattaché au Crem, organisait les 6e Entretiens du webjournalisme sur le thème « Information et supports mobiles ». Sceptiques, monothéistes et adversaires du mariage de la carpe informationnelle et du lapin numérique, passez donc votre chemin — ou, plutôt, changez-en : de profondes mutations sont en cours. Encore ? Rassurez-vous : on ne va pas vous refaire le coup de la révolution ou de la technologie disruptive. Il y en au moins une tous les matins sur les sites technophiles, mais ce n’est pas le genre de la maison.

#Obsweb nouveau métier

A photo posted by @undessinparjour on

Ce qui est important, c’est le mouvement de fond, que certain-e-s voient poindre depuis un moment et qui est désormais une réalité : ce n’est pas l’avenir d’internet qui est mobile, c’est son présent. Cela pose des questions cruciales aux producteurs d’informations qui, comme cela a été relevé plusieurs fois, commencent à peine à accepter de penser l’info web first alors que leur préoccupation devrait être mobile first. Car c’est ainsi que leurs lecteurs potentiels vivent : près de 60% de la population sont désormais équipés de smartphone, et ce taux monte à 90% chez les 18-24 ans. La consommation d’information suit évidemment le mouvement : de moins en moins de lecteurs papier, de plus en plus de lecteurs numériques, qui ne se connectent plus que rarement à la page d’accueil de leur média favori, qui en suivent très marginalement les flux RSS, mais qui installent des applis, jettent un œil à leurs notifications et, surtout, arrivent de plus en plus souvent sur un article en ayant suivi une recommandation (re)postée sur un réseau social.

Taux d'équipement et taux d'accès à internet 2015

Taux d’équipement et taux d’accès à internet en France en 2015. Source ARCEP, Baromètre numérique 2015.

Le problème, c’est que cette évolution est très rapide et que les médias, comme toutes les institutions, ont bien du mal à réagir, sans même parler d’anticiper. Et pourtant : au Royaume-Uni, l’audience totale (papier + numérique) de 5 quotidiens est désormais majoritairement mobile — c’est près des deux-tiers pour The Independent, qui vient d’annoncer l’arrêt de son édition papier pour se concentrer sur le numérique. Comment cette audience se construit-elle ? En France, selon Médiamétrie, les réseaux socio-numériques sont à l’origine de 20 à 50% de l’audience numérique des sites d’info. Tel est le cocktail que journalistes et médias ont en main : internet mobile et réseaux socio-numériques. Qu’en faire ? Qu’y faire ?

Pour tenter d’y répondre, les Entretiens du webjournalisme étaient organisés en deux parties : la matinée était consacrée à interroger les stratégies éditoriales pour le mobile ; l’après-midi à des retours d’expérience de journalistes produisant de l’info en mobilité. Entre les deux, la présentation du Défi appli mobile, par les étudiants en journalisme de Metz, qui devaient concevoir des applis destinés à un public jeune et orientés info locale — travail qui combinait recherche et entretiens auprès de jeunes, et développement de l’appli avec Morgiane Achache, chef de produit numérique au Monde.fr. Mon propos n’est pas ici de résumer les débats : d’autres s’y sont déjà collés avant moi, et avec un bel esprit de synthèse. Lisez donc Nicolas Becquet, journaliste et manager des supports numériques de L’Écho, qui passe en revue la journée complète, ainsi que Jonathan Hauvel, rédacteur en chef adjoint du Bruxelles Bondy Blog, à propos des retours d’expérience d’une belle brochette de journalistes-pionniers dont les interventions ont marqué l’assistance.

Si cela vous intéresse, prolongez un peu : les étudiant-e-s du Master Journalisme et médias numériques de Metz, coachés par Nathalie Pignard-Cheynel, responsable d’Obsweb, et ceux-celles de la Licence professionnelle Journalisme et médias locaux de Nancy, avec votre serviteur, ont couvert la journée tous azimuts. Streaming en direct à trois caméras, articles de synthèse, interviews, live-tweet, Instagram, Periscope, Snapchat… par une rédaction éphémère de 50 futurs journalistes à la pointe de la technique et de la réflexion (du moins est-ce que nous essayons de leur proposer, et ce que Nicolas Becquet a réalisé avec trois étudiant-e-s embarqué-e-s avec lui dans une journée de mobile journalism). C’est le hashtag #obsweb qui a servi de panache blanc à cette journée, qui peut aussi être revue en intégralité ici, ici et .

Comme le souligne justement Nicolas Becquet, le contraste était saisissant entre matin et après-midi. Le matin, professionnels comme chercheurs n’ont pu que constater l’absence, au moins en France, de stratégie éditoriale en direction des supports mobiles. Mais si l’on ne produit pas encore pour eux, on commence à produire par les supports mobiles. C’est ce que les témoignages et études de l’après-midi ont montré. Les JT entièrement tournés à l’iPhone de Léman Bleu racontés par Laurent Keller, le reportage au smartphone de Nicolae Schiau, qui a suivi des migrants syriens tout au long d’un périple documenté sur divers réseaux socio-numériques, le laboratoire mobile sous forme de van ultra-connecté de Damien Van Achter, le suivi de la coupe du monde de rugby sur WhatsApp par Antoine Maes, et l’appli participative Earth Alert de Steven Jambot… Il y a dans ces expériences quelques points communs : oser se lancer sans être sûr du résultat, retourner sur le terrain, utiliser les outils du quotidien, les mêmes que ceux des lecteurs.

Il y a aussi une nouvelle qui devrait faire réfléchir les « gros » médias : ces innovations viennent de structures légères, parfois de journalistes indépendants, qui ne disposent que de budgets modestes. Tout le monde n’est pas La Presse, qui peut investir 26 millions d’euros et embaucher 200 personnes pour développer une appli tablette. Mais tout le monde peut être Léman Bleu, qui acquiert quelques micros, trépieds et perches à selfie. Pour faire quoi ? De la proximité, autre mot-clé de la journée. Proximité avec son sujet, mais aussi avec son public. Proximité physique (sur la route avec les migrants, au plus près puisqu’on filme au smartphone), et proximité technique et d’usages (outils et réseaux partagés avec le public et les sources). Ce n’est d’ailleurs pas étonnant qu’une des démonstrations les plus convaincantes de la journée soit celle de Laurent Keller1, qui expliquait qu’en troquant les imposantes caméras de télévision pour des iPhones, Léman Bleu n’avait pas seulement modifié sa manière de raconter son territoire, mais qu’elle en avait profité pour renoncer à ses rêves de grandeur : cette télé qui avait par le passé tout fait pour être reconnue comme une station régionale est redevenue fière d’être une télé locale.

Dans le débat général sur la crise des médias, on a effet souvent tendance à se focaliser sur les aspects techniques, vus alternativement comme la source de tous les maux et la route vers toutes les solutions. Mais comme dans tout processus d’innovation, la technique n’est rien sans le social qui la porte et se l’approprie, voire la détourne. À quoi bon vouloir révolutionner l’information si ce n’est pour qu’elle soit lue, partagée et discutée ? Ce qui fait qu’un lecteur apprécie un média, un journaliste ou un article, ce n’est pas d’abord sa qualité technique, c’est son contenu, et la relation qui se crée entre lecteur et producteur d’information. C’est peut-être parce qu’ils se mettent à produire par les supports mobiles que les rédactions vont finir par produire pour les supports mobiles. L’indifférenciation entre les supports de production et de réception de l’information, fait unique dans l’histoire des médias, aidera peut-être à ne pas perdre de vue que tout cela n’aura de sens que si l’on produit en même temps pour les lecteurs.

PS : Et le nerf de la guerre, alors ? Ce n’était pas l’objet de cette journée. C’est par contre le thème des Assises du journalisme 2016, qui se déroulent cette année à Tours, à partir de… demain. On en reparle.

 

  1. Je ne dis pas que les autres interventions n’étaient pas convaincantes, loin de là. Mais l’intérêt de Léman Bleu est que l’expérience n’en est plus une : elle est devenue le quotidien de la rédaction. Les autres projets ouvrent des voies encore impratiquées, mais ne sont pour l’instant que ponctuels — Damien Van Achter étant entre les deux, puisqu’il a annoncé lors des Entretiens mettre à disposition l’application Backtrackr, qui lui permet de réaliser ses roadtrips multimédia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *