Où (en) est la critique en communication ?Dans une semaine, je serai à Montréal pour participer au colloque international « Où (en) est la critique en communication ? », dont j’avais diffusé l’appel à communications ici, qui est organisé par le Gricis et se déroule dans le cadre du 80e congrès de l’Association francophone pour le savoir.

Le menu est aussi alléchant que riche : il n’y a que deux jours, et souvent trois ateliers en parallèle… les choix vont être difficiles… Tous les détails sur le programme en PDF ou sur le site du colloque, d’où sont accessibles les résumés de toutes les communications. J’interviendrai pour ma part lundi 7 mai en début d’après-midi, dans l’atelier C consacré à « La communication entre espace public et idéologie ». Voici le résumé de ma communication :

Continue reading

Pour un blogueur, le Graal que l’on espère dénicher, ou plutôt l’échalote derrière laquelle on s’épuise à courir, c’est le buzz. Faire parler de soi : le rêve. Pour y parvenir, une bonne recette consiste à surfer sur une thématique à la mode en y ajoutant un brin de provocation encore inédit. C’est parfois extrêmement pénible à observer, mais cela doit certainement être agréable à vivre pour qui cherche à faire gonfler un peu ses chevilles. Le must, c’est de parvenir à faire le buzz sur internet en y crachant sa haine d’internet : cela ouvre immédiatement au blogueur les portes des médias traditionnels, ravis d’alimenter à peu de frais leurs préjugés sans se soucier de l’évidente contradiction que la démarche porte en elle : pourquoi accorder tant d’attention à sa célébrité sur le net, si on le déteste à ce point1 ? Aussi ne pourra-t-on en vouloir à Loys Bonod de se féliciter d’avoir suscité, en quelques jours à peine, 500 000 visites d’un de ses billets, 90 000 « likes » sur Facebook, plus des reprises chez les pure players et dans les journaux papier, parlés ou télévisés. C’est un beau buzz, rien à dire.

Continue reading

  1. Bien qu’elle fût manifestement très critiquable, l’action du collectif Livres de papier lancée en 2010 contre les livres numériques avait au moins l’avantage de la cohérence, se manifestant à travers des affiches et un journal. []